Je pense que pour avancer dans la vie, faire face à des choses nouvelles, résoudre aussi des problèmes, le corps a des capacités.

Le corps, le corps physique mais aussi le cerveau et l’esprit possèdent de grandes possibilités à guérir, à s’auto-guérir.

.

Je vous propose d’explorer un nouveau chemin ensemble.

Mon métier, l’arthérapie, c’est l’utilisation de couleurs, de sons, de matériaux et aussi de mots.
Mis bout à bout, assemblés sur une feuille en peinture ou pour un modelage, cette méthode nous aide à revoir des événements difficiles que nous avons traversés et qui sont souvent enregistrés chez nous, en nous.
C’est aussi une mise en jeu de notre vie, avec ses côtés sombres et aussi ses forces.

 

En animant nos sens, l’arthérapie nous aide à nous réaliser aussi faire une nouvelle formation, rechercher un autre travail.
S’ alléger…

 

Créer, cela nourrit ce qui est créatif en nous et qui nous vient du début de la vie.

Pour faire un atelier d’arthérapie, il n’est pas nécessaire d’être un artiste, cela est ouvert à tout le monde.

.

.

.

 

.

.

.

.

.

.

Mon parcours

.

.

Grâce à mon cheminement professionnel, je suis riche de deux métiers différents, jardinier puis arthérapeute.

.

Étant un thérapeute impliqué, j’organise tout au long de l’année de nombreux ateliers, fresques, contes, atelier d’arts plastiques de groupe et individuels. Certaines de ces actions rassemblent parfois plusieurs institutions dans un objectif créatif commun comme un atelier de groupe à thème, un atelier Contes.

.

Je suis diplômé arthérapeute médiateur, école Arthemis (34).
Ma pratique est centrée autour de la psychologie, nourrie de nombreux échanges avec des professionnels et aussi de l’ art, écriture en prose et en poèmes, chant et guitare.

.
Sensible à l’innovation, je participe régulièrement à des sessions de formation; sur la dramathérapie (le jeu libre) et l’arthérapie par des colloques et supervisions professionnelles.

Notamment avec la FFAT, fédération Française d’arthérapie et l’ AND, association nationale de dramathérapie.

.

Ces supervisions, essentielles à l’arthérapie garantissent un cadre et une déontologie qui structure ma pratique, lors d’ échanges avec des professionnels.

.

Ateliers possibles en anglais et en espagnol.

ico-facebook – Elorn

.

 

.

.

.

 

.

.

.

.

A quoi cela sert ?

.

. Favoriser l’estime et la confiance en soi.
. Utiliser des symboles et faciliter la mise en œuvre directe des personnes. La parole arrivant après si besoin.
. S’ouvrir à sa propre mémoire en se connectant avec soi.

.

.

La Méthode :

.

L’atelier est un espace sécurisant ou la personne pourra retrouver des vécus de sa petite enfance pendant une création.
Ils peuvent parfois rappeler le jeu réalisé sous le regard de confiance d’ un adulte.

Le plus de cette activité, c’est qu’elle est non médicamenteuse. Elle permet la communication grâce aux arts plastiques.
Les mouvements de corps et de pensées sont facilités par la technique de l’intervenant.
Elle est aussi en réseau avec les différents accompagnements et soins de la personne.

.

Les ateliers de groupe avec peintures et collages :

Ils encouragent à vivre ensemble et à dialoguer.
C’est un chemin d’actions et de réflexion personnelle et collective autour des questions rencontrées, la richesse du groupe donnant de la légèreté à chaque situation.
Les participants prennent part aux discussions autour des créations et leurs histoires.

.

La création facile de marionnettes et la préparation de scénettes:

J’utilise différents arts plastiques, parmi eux, la marionnette.

L’expression personnelle se développe avec le personnage-marionnette et un double de soi apparaît, porteur d’identité.
Les marionnettes facilitent le contact avec les autres, et la dynamique de chaque groupe (concurrence, ouverture, entraide…).
C’est une petite vie en société, avec des places et des rôles qui peuvent évoluer.

.

.

Ce qui se passe ensuite…

.

La création invite la personne au dialogue et à l’échange. 
Cela amène des paroles, des souvenirs, du mouvement.
En jouant, une action libère les capacités de chaque personne.
La situation de vie peut apparaître, avec les ruptures, les difficultés physiques, psychiques, familiales, scolaires ou professionnelles.
En peinture, le corps se met en mouvement devant la page blanche, en suivant une trace.
La marionnette, guidée par l’enfant, gesticule et s’anime.
La lumière et aussi les zones d’ombre apparaissent.

La création permet de remplacer les évènements de vies douloureux par des personnages, des sons, des couleurs…

La personne peut s’en saisir pour aller vers plus de Lien et mieux s’en sortir dans la vie, avec les autres, au quotidien.

.

.

Réalisations et Expositions :

.

-Mise en scène et co-écriture avec une adolescente du « Chat Miraculeux ».
Pièce représentée en 2001 par un groupe de sept adolescents. Ste Livrade (31)

-Fresque inter institutions.
Avec des jeunes de l’IME Autan Val Fleuri et des enfants du Centre de loisirs. Mons (31)

-Animation d’un atelier Périscolaire d’arts plastiques, « Arts z’en ciel ». Exposition à l’IME de Dabeaux. Aurignac (31).

.

.

Commentaires :

.

« L’atelier de marionnettes est l’atelier le plus attendu par les enfants pendant la semaine ».
Stéphanie P., directrice d’Alae, Toulouse.

« En trois sessions d’arthérapie, mon fils Kyllian s’est libéré des peurs qu’il avait en restant tout seul ».
Séverine L. St Gaudens.